Depuis le début de 2019, la transaction immobilière dans la région parisienne a connu une certaine stagnation. Cela s’explique certainement par l’envolée du prix des biens immobiliers qui est sur le point de frôler la barre des 10 000 euros d’ici quelques moins.

Certes, la transaction dans le marché immobilier neuf a déjà connu un net recul par rapport aux quelques années auparavant, laissant la place au marché immobilier ancien, cependant, la tendance baissière toucherait également les biens immobiliers anciens. Les ventes commencent à fléchir alors que nous sommes juste au début de l’année 2019. Face à une telle situation, le marché immobilier à Paris se porte au plus mal.

Une hausse invraisemblable de 200 euros sur trois mois

Les experts du secteur ont publié récemment un chiffre très alarmant concernant la hausse du prix de l’immobilier parisien. En effet, le mètre carré d’un appartement ancien dans la capitale au connu une hausse de 200 euros en trois, cela est passé de 9 570 à 9 810 euros entre décembre 2018 et mars 2019. Si tel est le cas des appartements anciens, celui des maisons anciennes n’est pas prête de changer puisqu’elles coûtent encore plus chères, avec le prix du mètre carré qui est en train de dépasser les 10 450 euros.

Le comble c’est que ces tarifs sont des tarifs en net vendeur, ils ne contiennent pas encore les frais d’agence et celui du notaire. Cela peut encore augmenter davantage lorsqu’on ajoute ces frais en sus comme le taux d’un rachat de credit immobilier rapide. Dans l’ancien, les frais d’acquisition représentent en principe 8 % du prix de vente, tandis que les honoraires des agences immobilières oscillent entre 3 % et 8 % (les tarifs varient d’un professionnel à l’autre et en fonction de l’arrondissement).

En plus de cela, la disparité des prix dans un même arrondissement est aussi présente selon les experts, ce qui favorise l’écart entre les différents biens. Toutefois, seuls les 7 premiers arrondissements sont ceux qui affichent les prix les plus élevés. Cela se situe entre 10 000 et 12 000 euros le mètre carré. Malgré ce prix, il faut reconnaître qu’il est toujours possible de trouver des biens abordables sur Paris, notamment dans le 19ème arrondissement, notamment dans le quartier du Pont de Flandre où le prix du mètre carré est de 5 740 euros. Ces experts ont quand même constaté que face à une telle hausse, le marché immobilier parisien se porte encore mieux malgré le fait qu’ils ont enregistrés un recul des ventes.

Cela s’explique certainement par l’explosion des ventes dans la Grande Couronne. Il faut reconnaître que le marché immobilier sur l’Île-de-France ne se traduit pas uniquement par le marché immobilier à Paris. En effet, c’est ce qui contribue au dynamisme du marché immobilier de la région. Le nombre de transactions immobilières (environ 35 000) qui a été conclu dans la Grande Couronne en particulier dans le Val d’Oise et les Yvelines en 2018 est des plus importants. C’est certainement pour cette raison que le prix de l’immobilier dans ce secteur demeure stable avec une hausse très faible :

  • +1 % pour les appartements
  • +2,6 % pour les maisons anciennes.

En outre, dans la Petite Couronne, à savoir sur Seine-Saint-Denis, le prix moyen de 3 800 euros par mètre carré (prix début mars 2019).

Catégories : Finances

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *