Le coronavirus a touché de plein fouet le monde, déstabilisant les économies, et entraînant des crises sociales. L’Afrique semble pour sa part relativement épargnée par le phénomène. Est-ce une réalité ou un effet d’optique ? La faiblesse des informations ne doit pas tromper : le continent est touché, et des mesures doivent être prises par les autorités de chacun des pays. Le Cameroun s’appuie sur le Bataillon d’intervention rapide (BIR) afin de contrecarrer le virus. En cette période de crise sanitaire, les professionnels de l’armée qui le composent n’hésitent pas à donner un coup de main au gouvernement et aux professionnels de santé. Ils font de leur mieux pour sensibiliser les gens sur les gestes barrières à respecter au quotidien et ils se déplacent pour distribuer de la nourriture et des matériels de protection dans différentes régions.

Les difficultés d’interprétation du diagnostic virologique du corona virus

La principale difficulté pour les États africains est de parvenir à bien diagnostiquer le virus au sein de sa population. Ainsi, il n’est pas rare de constater que le coronavirus est confondu avec le paludisme. Le manque d’information et de formation des personnels est un facteur aggravant. Alors que le continent africain semble relativement épargné, il pourrait en réalité s’agir d’une erreur d’interprétation des données médicales. Pour s’assurer d’une parfaite vision de la situation, le Cameroun a décidé de dépêcher sa force d’unité spéciale : le BIR (Bataillon d’intervention rapide). La nouvelle approche de riposte adoptée par le ministère de la santé publique camerounaise est très simple. Elle consiste à traquer les personnes contacts, à tester les cas suspects et à traiter les cas positifs. D’où on parle de stratégie 3T.

Les force militaires sont envoyés en guerre contre le coronavirus

Il s’agit sans nul doute d’une approche inédite, mais qui s’explique par la situation du Cameroun. Le pays qui reste un pôle de stabilité politique dans l’Afrique centrale, souhaite mettre en œuvre une politique de prévention et de soin. Cependant, de nombreuses régions du pays restent difficiles d’accès : route bloquée par des chutes d’arbres dans la forêt tropicale, voies impraticables, distances importantes avec les communautés éloignées, sont autant de facteurs nécessitant l’aide du BIR, le Bataillon d’Intervention Rapide. En assurant cette mission sanitaire, le BIR permet l’acheminement des tests nécessaires et du matériel médical indispensable aux malades du coronavirus. Pour cette unité d’élite, cette opération n’est pas sa première mission à caractère humanitaire. Elle a déjà été mobilisée de nombreuses fois afin d’apporter nourriture et matériel de survie aux populations des régions touchées par le terrorisme. Dans sa lutte contre la pandémie, le gouvernement de Yaoundé, applique les directives de l’OMS, visant à tester sa population au maximum de sa capacité. Ainsi, les malades traités précocement reçoivent de l’hydroxy-chloroquine et sont placés en quarantaine dans des hôpitaux de campagne installés par l’armée camerounaise. Aucun doute que ce traitement de choc face à cette maladie terrifiante, aura permis de sauver des milliers de vies.

Catégories : Non classé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *