La numérisation et l’innovation sont devenues les priorités pour toute entreprise. Le secteur bancaire n’est pas indifférent aux tendances extérieures qui marquent cette nouvelle ère que beaucoup osent qualifier comme le début de la Quatrième Révolution industrielle.

Le développement de la finance numérique est imparable, et la banque traditionnelle est témoin de l’arrivée de nouveaux acteurs dans leur domaine. Il s’agit des banques dites néo-banques, qui ont fait augmenter la pression dans un secteur jusqu’à présent très stable. Quelle différence entre ces nouvelles banques et les banques dites traditionnelles ? Comment pourraient-elles transformer le secteur ? Sont-elles une menace pour les banques traditionnelles ?

Développement de la nouvelle banque numérique

Ces nouveaux acteurs du secteur bancaire se caractérisent par leur simplicité, leur facilité d’utilisation et leur rapidité. Ils sont entièrement numériques. Cette condition permet à leurs clients d’y accéder de n’importe où et à tout moment. Il n’est plus nécessaire de se rendre dans une agence pour effectuer une simple opération. De plus, ils sont capables de simplifier même les procédures les plus complexes. Leur objectif est d’optimiser l’expérience financière et d’offrir aux clients un niveau élevé de personnalisation.

Les banques néo-bancaires conservent également une structure de coûts faibles. Grâce à cela, leurs clients bénéficient d’une réduction, voire d’une suppression des frais. C’est précisément cet élément qui les rend plus attrayants par rapport aux services bancaires traditionnels, en particulier pour les millénaires qui sont plus enclins à adopter facilement les changements induits par les nouvelles technologies.

Les différences qui existent entre les banques numériques

Bien qu’ils partagent les mêmes caractéristiques numériques, il existe certaines différences entre ces nouveaux agents numériques. Les néo-banques ont derrière elles une banque traditionnelle ou une succursale physique, comme le crédit agricole. En d’autres termes, elles ne sont pas entièrement indépendantes. Elles sont soutenues par une institution financière et une infrastructure traditionnelle.

Leur conception est axée spécifiquement sur une première expérience mobile. Bien que, dans certains cas, ils offrent également une version web. Ils profitent donc de tous les progrès de la technologie. C’est l’un de ses avantages concurrentiels par rapport à la banque traditionnelle.

Cependant, les banques Challengers se distinguent des néo-banques par le fait qu’il s’agit d’entités purement fintech. C’est-à-dire qu’il s’agit d’entités indépendantes et autosuffisantes qui ne sont soutenues par aucune banque. C’est la raison pour laquelle ils jouissent d’une plus grande liberté et peuvent susciter plus de méfiance chez les clients les plus conservateurs.

La naissance d’une nouvelle forme de concurrence

Depuis les années 70, le secteur bancaire n’avait pas été confronté à un scénario aussi changeant. L’arrivée de ces alternatives a porté un coup à la banque traditionnelle. Néanmoins, il convient de noter que non seulement les start-ups parient sur ce nouveau modèle bancaire, mais les banques elles-mêmes soutiennent la création de certaines néo-banques. Ils pourraient même devenir les nouveaux distributeurs de produits fintech. Leur apparition n’implique donc pas le déclin du secteur bancaire traditionnel, mais les oblige à adopter un changement de mentalité qui accélère leur transformation.

Catégories : Finances

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *